Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Un Blog ?

  • : Le Blog d'un jeune militant et élu d'Outreau (62)
  • Le Blog d'un jeune militant et élu d'Outreau (62)
  • : Je vous propose de m'accompagner dans mon parcours politique et d'y retrouver l'envie de s'investir
  • Contact

Bienvenue

Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog. J'ai créé celui-ci, afin de partager mon expérience de jeune miltant socialiste et d'élu à la commune d'Outreau. Trop souvent, il est dit que les jeunes ne s'intéressent plus à la politique. Je pense au contraire que la jeunesse se veut citoyenne, mais ses engagements prennent une forme différente. Les jeunes rêvent d'actions immédiates. Ils veulent pouvoir réellement s'engager et ne plus être uniquement des alibis.

Historien de formation, je souhaite vous faire partager mes recherches en histoire sociale.

Recherche

Archives

Articles Récents

/ / /

En décembre 2009, la section socialiste d'Outreau fêtera les 90 ans de gestion socialiste dans la commune. La ville est la première conquête de la SFIO dans le Boulonnais, faisant d'Outreau "un phare socialiste dans une mer conservatrice".
Cette page sera consacrée à ces 90 ans au cours desquelles, Outreau a apporté son expérience à la réflexion sur le concept de socialisme municipal.

Histoire de la section
Naissance de la section d'Outreau
C'est dans les milieux syndicaux qu'apparaît les premiers militants socialistes. En effet, dans cette commune où l'on compte bon nombre d'ouvriers métallurgistes aux Aciéries-Paris-Outreau et de cheminots, le mouvement ouvrier se développe très rapidement. La CGT est très présente. Toutefois, il faut attendre 1917 pour que naissent la section socialiste d'Outreau, en pleine guerre et alors qu'à l'est en Russie la Révolution bolchevick a éclaté.


Les années Desclève
Ernest Desclève conduit la liste SFIO aux élections municipales de 1925. Le succès est au rendez-vous. Desclève devient maire de la commune.

Remise du drapeau des Jeunesses socialistes
Dans les années 1930, avec le soutien de la section socialiste d'Outreau, un groupe des Jeunesses socialistes est créé. Ce groupe est dirigé par Emile Desclève et Raymond Splingard.
En 1937, le Groupe " Roger Salengro " des jeunes socialistes d'Outreau reçoit son drapeau. Une manifestation est organisée à cette occasion place Jean Jaurès à Manihen.

Photo ci-contre : Emile Desclève, responsable des Jeunesses Socialistes d'Outreau, fils du Maire, Ernest Desclève, harangue la foule.

Pour finir la manifestation, L'Internationale est chantée




" L'éducation sociale"
c'est durant le majorta d'Ernest Desclève que sont mises en place des éléments d'éducation populaire importants : La Fraternelle, Société de gymnastique, affiliée à la F.S.G.T., les cours municipaux de musique et de dessin, les Amicales et Patronages laïques, la bibliothèque populaire avec déjà au milieu des années 1930, plus de 4 000 volumes.







































 
















Raymond Splingard, le (re)constructeur
Raymond Splingard est élu maire en 1952. Il succède à René Mathou, qui vient de démissionner.

Raymond Splingard, Conseiller général du canton de Samer
















Le conseil municipal en 1977




En 1982, Raymond Splingard décide de ne pas se représenter pour le poste de conseiller général. Il favorise la désignation de Roger Dernoncourt, adjoint au Maire et Directeur d'école.















Raymond Splingard, suppléant de Jeannil Dumortier, député de la Cinquième circonscription du Pas-de-Calais


De gauche à droite : Jeannil Dumortier, Raymond Splingard et ...

Dès 1977, Raymond Splingard annonce sa volonté de ne pas se représenter.
En 1981, à la suite du décès de Bernard Chochoy, Raymond Splingard devient sénateur du Pas-de-Calais. Il choisit Roger Dernoncourt comme assistant parlementaire. Il occupera ce poste jusqu'en 1983.
Durant ce mandat, plusieurs prétendants vont apparaître, Bernard Lhomme, adjoint au Maire, Jean-Jacques Piette, fils du liquidateur de l'OCM, mais dont le "parachutage" n'est pas accepté par les militants... Rapidement, la situation se reserre et Roger Dernoncourt, Directeur d'école, adjoint au maire, chargé des Fêtes et cérémonies, Président l'Harmonie municipale et du Centre culturel et social Jacques Brel, assistant parlementaire de Raymond Splingard, et Jean-Marie François, Secrétaire de la section socialiste et adjoint au maire, chargé des affaires sociales, se retrouvent les mieux placés pour succéder à M. Splingard.
Il est décidé que Roger Dernoncourt succéderait à Raymond Splingard au Conseil général et que Jean-Marie François à la tête de la municipalité.





Une section de tous les combats
Election préseidentielle de 1988
Meeting de Lille, en présence de François Mitterrand (1988)












Jean-Marie François accède au poste majoral en mars 1983. Il succède donc à Raymond Splingard.
Le conseil municipal, élu en mars 1983.
Au premier rang : Louis Lavogez, Louis Flo, Suzanne Soret, Raymond Vérité, Jean-Marie François, Roger Dernoncourt, Roger Clochepin.



De gauche à droite : x, Pierre Marlard, Joël Baheux, x, Nicole Darré


Les élections municipales des 12 et 19 mars 1989




Les élections municipales du 9 mars 2008
Thérèse Guilbert avait succédé à Jean-Marie François en décembre 2005 au poste de premier magistrat de la commune.
Elle est désignée, face à Serge Delayen, par les militants de la section d'Outreau pour conduire la liste des socialistes aux municipales.

Une campagne difficile
Après sa désignation par les militants, Thérèse Guilbert multiplie les tentatives d'union avec Serge Delayen. Durant plusieurs semaines, celui-ci laisse planer le doute. Mais, finalement, il démissionne de son poste d'adjoint aux Affaires sociales, en févbrier, afin de mener sa propre campagne.
Gérard Arblay, tête de file de l'opposition municipale sortante, présente dite "apolitique", dans laquelle on retrouve un ancien élu de l'équipe socialiste.

La victoire écrasante de Thérèse Guilbert
Après une campagne tendue, l'issue du scrutin est incertain, malgré une belle campagne de la liste d'union de la Gauche. Force est de reconnaître que la liste "La Gauche autrement" a réalisé une campagne dynamique, qui laisse présager un score qui peut être important. Gérard Arblay avait réalisé 41 % des voix en 2001. Aussi, la probabilité d'un deuxième est importante.
Finalement, les électeurs reconduisent la liste d'Union de la Gauche avec une confortable avance. La liste menée par Thérèse Guilbert réalise 58,70 % des suffrages exprimés, quasiment le même score que la liste conduite par Jean-Marie François, en 2001, mais cette fois, avec trois listes au départ. Thérèse Guilbert décalre à la presse : "On croyait à une victoire au premier tour, mais plus aux environs de 52-53 %. Là on a réalisé le même score qu'en 2001".
Avec ce score, Thérèse Guilbert se réinstalle sur le fauteuil majoral sans aucune contestation. La liste conduite par Serge delayen réunit 25 % des suffrages exprimés. Si ce résultat ne répond pas à ses attentes, elle réalise un score honorable et permet l'entrée de quatre conseillers municipaux.
Le grand perdant est Gérard Arblay.Avec 15,47 % il est loin de ses 41 % de 2001. Sa stratégie de liste "apolitique" a été un échec cuisant. Ils ne seront plus que deux à siéger au Conseil municipal.




Emile Carpentier quitte la mairie.

L'oraison funèbre au monument aux morts




Partager cette page

Repost 0
Published by